Modifier

La fédération SUD-Rail a envoyé le 13 janvier un communiqué rendant un hommage ému à Thierry, militant actif de SUD-Rail Alpes, décédé la veille. Une enquête interne est en cours et SUD-Rail s’engage à faire « le nécessaire pour que toute la lumière soit faite sur les raisons qui ont conduit à ce drame. Nous exigerons une transparence totale de la direction SNCF. »

Ce nouveau drame nous rappelle que chaque année, plusieurs collègues travailleur-euses du Rail meurent au travail. Selon les statistiques officielles disponibles actuellement, six collègues, dont trois de la sous-traitance, ont subi un accident mortel en 2018 à la SNCF. Et en 2017, sept collègues, dont cinq de la sous-traitance, ont également subi un accident mortel. Sans compter les nombreux accidents graves et les décès dus aux maladies professionnelles (majoritairement à cause de l’amiante) qui restent sous-évalués puisque la direction a une vision particulièrement restrictive de la notion d’accident « grave » et que de nombreux cancers dont l’origine est due à une maladie professionnelle ou à caractère professionnelle ne sont pas reconnus officiellement. Enfin l’omerta règne encore sur les suicides dus au travail, occultés par les statistiques officielles.

Par ailleurs, la direction a considérablement affaibli les collectifs militants et les instances de représentation du personnel, puisqu’avec la mise en place des 33 CSE à la SNCF le 1er janvier 2019, c’est la disparition de plus de 600 CHSCT qui a été brutalement imposée, réduisant de fait les capacités d’action des élu-es restant, dont les enquêtes suite à accident grave constituaient un levier essentiel. Chaque année, c’était ainsi de 300 à 400 enquêtes qui étaient déclenchées, jusqu’à la disparition des CHSCT.

Le communiqué de la fédération SUD-Rail se conclue par ces mots : « En mémoire de Thierry et de nos autres collègues disparu·e·s en faisant leur métier, et pour ne plus perdre sa vie à la gagner, la Fédération SUD-Rail continuera son combat pour que de tels drames ne se reproduisent plus. »

Le Rail déchaîné, le 19 janvier 2021

Post suivant Post précédent