Modifier

Depuis plus de douze ans, les drapeaux rouge et noir de la FOB se sont fait connaître dans la rue argentine. La Fédération des Organisations de Base, est une organisation sociale et politique, qui fédère plusieurs organisations de Buenos Aires et du reste du pays.

Elle fait parti du mouvement piquetero, un conglomérat d’organisations sociales, chacune avec ses spécificités selon qu’elles se structurent autour de partis politiques, de syndicats ou d’autres groupes militants. Dans ce mouvement la FOB a une place à part, c’est la seule organisation qui fonctionne sur des principes et des pratiques libertaires : comme la démocratie directe, l’action directe, l’autogestion, la solidarité de classe, la lutte anti-patriarcale, antiraciste, anti-coloniale, contre l’État. Son fonctionnement est fédéraliste, les décisions se prennent lors d’assemblées locales, régionales, avec tous les deux mois une assemblé fédérale.

A l’intersection de l’action directe et du féminisme, le tout en pr...

Continuer la lecture...

Du 26 octobre au 23 novembre, l’UCL organise une tournée dans onze villes de France, avec trois militantes de la Fédération d’organisations de base (FOB).

Depuis plus de douze ans, les drapeaux rouge et noir de la FOB se sont fait connaître dans la rue argentine.

A l’intersection de l’action directe et du féminisme, le tout en prônant l’autogestion, la FOB rassemble dans ses assemblées des milliers d’hommes et de femmes issu·es des quartiers populaires.

Elles nous feront partager leurs luttes, leurs visions et leurs pratiques. On y parlera du mouvement piquetero, de la lutte des femmes, de l’action de cette organisation dans les bidonvilles de Buenos Aires, des assemblées féministes de base et des luttes des migrantes.

On y parlera également de la situation politique en Argentine, puisque le 27 octobre aura lieu le 1er tour de l’élection présidentielle. Le président de droite, Mauricio Macri, risque de se faire sortir et, pour emporter la victoire, son rival péroniste mu...

Continuer la lecture...

Depuis 2006 en Argentine, la Fédération d’organisations de base (FOB) contribue à animer le mouvement social piquetero selon des principes libertaires, en affirmant une ligne féministe de classe. Alors que trois de ses militantes feront une tournée de réunions publiques en France, organisées par l’UCL, un camarade de la FOB explique le sens de leur combat.

Septembre 2019 : trente organisations et des milliers de personnes bloquent la circulation et campent sur la plus grande avenue du pays, en plein cœur de Buenos Aires. Cette mobilisation est une énième réponse à la situation créée par la droite libérale au pouvoir depuis quatre ans : politiques d’austérité, politique d’endettement auprès du FMI, inflation de plus de 50 % et augmentation de la pauvreté correspondante, etc. Les organisations demandent que soit décrété l’état d’urgence alimentaire. Elles veulent recevoir pour leurs cantines populaires davantage de nourriture et d’ «  allocations  ».

Le mouvement Piquetero

Ces o...

Continuer la lecture...

Nous souhaitons partager avec vous, avec une joie infinie, que notre compañero Miguel Angel Peralta est LIBRE. Aujourd’hui mardi au petit matin sa libération a été obtenue, grâce à la solidarité et au soutien de toutes celles et ceux qui ont fait leur cette lutte pour la liberté et la justice, au Mexique et dans le monde.

Malgré cette bonne nouvelle le risque quand à sa sécurité existe encore, il y a déjà des antécédents des agissements de la famille de caciques des Zepeda qui le mettent en danger. Raison pour laquelle nous vous demandons de rester attentifs à sa sécurité et responsabilisons la député Elisa Zepeda de toute agression envers nos compañerxs.

La Solidarité a détruit l’emprisonnement !!!

Merci à toutes les personnes qui en France et en Belgique ont partagé d’une manière ou d’une autre la lutte pour sa libération ! Personne là-bas ne s’attendait quelques heures encore auparavant à cette libération.

La pression internationale semble avoir joué un rôle non négligea...

Continuer la lecture...

Depuis son élection le 7 juillet, le gouvernement grec de droite a juré de détruire le quartier autonome d’Athènes Exarcheia. Par sa forte concentration de squats d’hébergement et autres espaces autogérés, par ses nombreuses activités par et pour les précaires et les migrants, Exarcheia est une inspiration pour tous ceux qui, dans le monde, aspirent à la liberté et à l’auto-organisation égalitaire.

L’offensive a commencé le matin du 26 août, avec l’évacuation de 4 squats sur les 12 qui hébergent des migrants. 143 réfugiés, dont 35 enfants, ont été emmenés au commissariat pour être envoyés dans les camps fermés, surpeuplés, insalubres, qui sont tout ce que l’Union européenne consent à leur offrir.

Plusieurs attaques se sont succédé les jours suivants contre les locaux abritant des organisations anti-autoritaires, à coups de gaz lacrymogènes, de grenades et de matraques. Elles ont aussi visé un concert gratuit sur la place principale, semant la panique, frappant les gens au has...

Continuer la lecture...