Modifier

Déclaration internationale de solidarité aux 51 antifascistes arrêté.e.s à Thessalonique, en Grèce, le 16 septembre 2020.

Dans la soirée du 16/09/2020 à Thessalonique, en Grèce, lors d’une mobilisation sociale, des camarades antifascistes effaçaient collectivement des slogans et des graffitis fascistes, qui avaient été écrits quelques jours auparavant par les membres du nouveau parti néo-nazi « Grecs pour la Mère Patrie » crée par Ilias Kasidiaris, un ancien représentant du parti nazi « Aube Dorée ». Les slogans nazis ont été remplacés par des graffitis et des slogans antifascistes. Vers 22h30, nos camarades ont été encerclé-es par des forces de police importantes, qui les ont attaqué-es sans raison.

Lors de l’opération, 51 camarades ont été emmené-es et mis-es en garde à vue au quartier général de la police à Thessalonique et y sont resté-e-s 2 à 4 jours dans des conditions déplorables. Au total, 15 d’entre elles et eux ont été blessé-es et 2 autres ont même ét...

Continuer la lecture...

Nous condamnons le meurtre de George Floyd par la police de Minneapolis, marquant un acte raciste de plus au sein de la première puissance impérialiste mondiale.

Cet acte vient s’ajouter aux innombrables meurtres dans la population noire aux États-Unis, qui ont été perpétrés depuis l’époque de l’esclavage et n’ont pas cessé jusqu’à ce jour. Sous l’administration Obama, des dizaines de meurtres de jeunes femmes et de jeunes homme noires ont rappelé les événements similaires des années 1950 et 1960. La réponse a été une éruption rapide du mouvement noir dans tout le pays, de la même manière qu’en ce moment même se déroulent de vastes manifestations qui montrent que la population en a assez de la violence et de l’impunité policière.

Le quartier général de la police à Minneapolis a été incendié par les manifestantes et les manifestants et plusieurs véhicules ont été attaqués, des actions directes sont menées dans plusieurs villes avec des affrontements avec la police, Trump...

Continuer la lecture...

Il s’appelait Eyad al-Halaq, il avait 32 ans. Eyad était autiste. Samedi 29 mai, il se rendait à l’école spécialisée qu’il fréquentait. Palestinien de Jérusalem, il vivait sous occupation depuis sa naissance. La brutalité de l’armée d’occupation était son quotidien depuis sa plus tendre enfance. La sauvagerie de cette armée raciste aura fauché sa vie.

Interpellé par les soldats, il s’est enfui, effrayé : ils l’ont « neutralisé » comme ils savent le faire en lui tirant dessus pour tuer. Ils avaient soi-disant pris son téléphone portable pour une arme et donc identifié Eyad comme terroriste. Palestinien égal terroriste, c’est un des items israéliens. L’éducatrice d’Eyad, présente à ses côtés, avait pourtant informé les soldats de cette armée qui se proclame la plus morale du monde qu’il était autiste. « Soudain, ils ont tiré trois balles sur lui, sous mes yeux », a-t-elle déclaré à Channel 13. « J’ai crié : "Ne tirez pas." Ils n’ont pas écouté, ils ne voulaient pas entendre. »

M...

Continuer la lecture...

« Le 1er mai devrait être un symbole de solidarité internationale, de solidarité qui ne se limite pas aux cadres de l'État national qui correspond toujours aux intérêts des minorités privilégiées du pays. Parmi les millions de travailleurs et travailleuses qui portent le joug de l'esclavage, il y a une unité d'intérêt, indépendamment de leur langue et du statut sous lequel ils et elles sont né.es. Mais entre les exploiteurs et les exploité.es d'un même pays, il y a une guerre ininterrompue qui ne peut être résolue par aucun principe d'autorité et qui est enracinée dans les intérêts contradictoires des différentes classes. Tout nationalisme est un déguisement idéologique des faits réels : il peut à un moment donné entraîner les grandes masses populaires vers ses représentants menteurs, mais il n'a jamais pu abolir la réalité brutale des choses dans ce monde. » (Rocker, 1936)

1. Situation mondiale

La pandémie du COVID-19 éclate à un moment d'affaiblissement certain de la derniè...

Continuer la lecture...

A l’occasion de la journée de la Terre et des 2 ans du début de la Grande Marche du Retour à Gaza, une large coalition européenne d’ONG, syndicats, associations de migrants... lancent ce lundi 30 mars une pétition pour dire STOP aux drones israéliens pour surveiller les frontières de l’Union européenne et contrôler l’entrée de migrants sur son territoire.

La pétition "Non aux drones tueurs israéliens pour contrôler les frontières européennes"

Depuis novembre 2018, l’Agence européenne pour la sécurité maritime (EMSA) a loué, par l’intermédiaire de la compagnie portugaise CeiiA, deux drones Hermes 900, appelés encore « drones tueurs » et fabriqués par la plus grande entreprise militaire d’Israël, Elbit Systems. Selon le contrat de location pour deux ans, pour un montant de 59 millions d’euros, les drones sont utilisés principalement pour mettre en place les politiques répressives anti-immigration de l’Union européenne. Les experts condamnent ce changement vers la surveillanc...

Continuer la lecture...