Modifier

Jeudi 13 juin, alors que le Ministre français des affaires étrangères Jean-Yves le Drian rencontrait à Ankara son homologue turc Mevlüt Çavuşoğlu, nous apprenions que plusieurs de nos membres et dirigeants avaient fait l’objet de mesures de gel de fond édictées la veille par des arrêtés conjoints des ministres de l’économie et de l’intérieur.

Il n’y a pas de doute qu’une fois de plus, Paris a négocié avec Ankara de gros contrats sur le dos des militants kurdes réfugiés en France.

Ce n’est pas un hasard si deux de nos dirigeants font l’objet des ces mesures prises, soit-disant, dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme, par des autorités françaises sous l’emprise du lobby turc fasciste.

Depuis près d’un an, le Coprésident et le porte-parole de notre organisation sont menacés de mort par les services de renseignements turcs (MIT). La tête du premier a été mise à prix pour 1,5 millions de livres turques, tandis que le second est visé par des menaces de...

Continuer la lecture...