Modifier

Grâce à la crise du coronavirus, la direction du groupe teste grandeur nature des réorganisations qu’il lui plairait bien de pérenniser. Au ­centre des enjeux : supprimer des emplois, notamment à la distribution. Pour cela, La Poste promet aux factrice et facteurs de ne travailler qu’un samedi sur quatre... sans dire la vérité sur les dégâts sociaux.

Durant tout le confinement, Philippe Wahl, le PDG du groupe, a porté la bonne parole capitaliste sur les plateaux de télé. Un trémolo dans la voix, il a louangé la résilience des postières et postiers. En réalité, comme toutes les profe...

Continuer la lecture...

Durant tout le confinement, la direction de La Poste a essayé de faire pression sur les personnels et les organisations syndicales pour imposer sa vision du travail pendant cette période. Le Président de La Poste n’a pas ménagé sa peine pour aller de plateau en plateau pour porter la bonne parole capitaliste. Jouant sur le besoin de service public, un trémolo dans la voix, sur la résilience des postier·e·s qui s’il faut le rappeler comme toutes les professions qui ont continué à travailler sont plus touchées par le COVID que la moyenne de la population, il n’avait qu’une id...

Continuer la lecture...

La quatrième semaine du confinement vient juste de commencer et La Poste sombre de plus en plus dans l’inconséquence et le mépris total pour les travailleurs/ses de l’entreprise.

Après le chaos et le maelstrom des deux premières semaines, face au droit de retrait et la bronca des organisations syndicales (sauf force ouvrière qui discutait tranquillement dans son coin avec la boite), la direction de la Poste a bien dû faire quelques concessions.

Elle s’est même précipité selon les dires de Philippe Wahl devant la commission parlementaire aujourd’hui, à faire du troc, avec Intermarch...

Continuer la lecture...