Modifier

À l’annonce du délibéré de leur procès aux Prud’hommes d’Arles, le 22 septembre dernier, l’incompréhension des salarié.e.s détaché.e.s plaignant.e.s était grande et leurs propos, forts et teintés d’amertume.

La semaine suivante, après lecture complète du jugement, c’est la colère qui l’a emporté, alors que de son côté, la presse évoquait une victoire en demi‐teinte.

Il faut dire qu’après tant d’années passées à rassembler les éléments de preuve, à construire des argumentaires juridiques et à attendre que justice leur soit rendue « au pays des Droits de l’Homme » tout en ess...

Continuer la lecture...

Depuis la crise du Covid-19 et le confinement qui s’en est suivi, les licenciements se multiplient alors même que les entreprises concernées ont des décennies de profit derrières elles. Sans une réaction forte, une explosion du chômage est à craindre.

De nombreux grands groupes annoncent des licenciements qui font la une : 4 600 emplois à Renault, 1 000 à Sanofi, 5 000 à Airbus, 7 600 à Air France... Pour un total de 275 plans de licenciement et 45 000 pertes d’emploi entre le 1er mars et le 19 juillet.

Ces mêmes groupes ont été largement soutenus pendant la crise du Covid-19, notamment...

Continuer la lecture...

Mardi 16 juin débute, à Arles, un procès intenté par des travailleuses et travailleurs détaché·es marocain·es et espagnol·es contre l’entreprise espagnole de travail temporaire Laboral Terra et sept entreprises employeuses de main-d’œuvre en France. Ce procès doit permettre de mettre en lumière la question des travailleuses et travailleurs détachés.

En 2017, le ministère de l’Agriculture comptabilisait plus de 67 000 travailleuses et travailleurs détaché·es, embauché·es soit directement par les exploitations agricoles soit via des entreprises de travail temporaire. La loi stipule que...

Continuer la lecture...

Depuis le 1er novembre, le gouvernement a modifié en profondeur les règles de l’assurance chômage. Les objectifs affichés sont simples : réduire le niveau d’indemnisation et augmenter les contrôles/sanctions/radiations pour soumettre encore davantage les travailleurs et les travailleuses à la soif de profits du patronat. Cette attaque, comme la réforme des retraites, nous concerne toutes et tous, avec ou sans emploi. Alors faisons converger nos colères pour faire reculer le gouvernement !

Vers une précarité et une pauvreté généralisées

L’attaque est brutale. En demandant aux privé·es d...

Continuer la lecture...