Modifier

08
Nov
November 8, 2019, 6:35 pm

Et si le conflit pour nos retraites devenait le point de rencontre de toutes les luttes ? Le moyen de mettre enfin un coup d’arrêt à ce gouvernement et à la casse sociale et de reprendre l’offensive ? Et si décembre était enfin le mois de l’explosion du ras-le-bol et de la colère ? Nous sommes des milliers à l’espérer, mais pas question d’attendre, il faut préparer et organiser. A un mois du 5, faisons le point.

Depuis des mois, le gouvernement prépare une « réforme » des retraites qui constitue une nouvelle attaque en règle contre les travailleurs et travailleuses. Le projet, comme son calendrier, est maintenu dans le flou par le gouvernement. Une seule certitude : leur objectif est de baisser les pensions pour augmenter les profits !

Craint-il une cristallisation des colères, nombreuses dans le pays, autour de ce sujet ? Bien sûr ! En tout cas nous savons qu’il s’agit de porter le coup fatal aux systèmes de retraites actuels. Passer du système par répartition à un syst..

Continuer la lecture...

La séquence inédite du droit de retrait massif concernant la sécurité ferroviaire à peine terminée qu’une grève éclate dans un technicentre d’Ile de France. La spontanéité et la force des mobilisations de ces derniers jours à la SNCF témoignent d’une colère profonde et partagée.

Lundi 21 octobre au soir les agent.e.s du technicentre de Châtillon, sur le réseau TGV Atlantique, cessent massivement le travail. Ils sont pourtant normalement tenus d’annoncer leur intention de cesser le travail 48h en amont, dans le cadre des mesures antigrèves du service minimum. Les équipes de relève(s), elles non plus, n’ont pas repris le lendemain matin et depuis, la grève tient toujours. Résultat, des dizaines de TGV sont supprimés depuis une semaine sur tout l’axe Paris/Nantes/Bordeaux, la maintenance n’étant plus assurée sur les rames.

A l’origine du débrayage, les agent.e.s ont appris que la direction souhaitait supprimer l’accord local sur leurs roulements de travail. Ils et elles perdraien...

Continuer la lecture...

La bataille qui s’amorce contre la réforme des retraites s’annonce difficile. Entre le poids des défaites passées, l’affaiblissement des collectifs syndicaux et les tentations corporatistes, nous allons avoir de nombreux pièges à déjouer. Les raisons de se battre sont innombrables et le ras-le-bol est général. Et pourtant, nous peinons à construire le mouvement massif et radical tant attendu et capable de faire plier franchement ce gouvernement. Ce mouvement passera par la grève.

Alors que les gilets jaunes ont réussi à occuper le terrain tout l’été et que la grève dans les hôpitaux ne faiblit pas, le gouvernement a dévoilé deux nouvelles attaques contre les travailleurs et les travailleuses : la réforme des retraites et celle de l’assurance chômage. Deux projets qui s’inscrivent dans la même logique capitaliste menée depuis des années dans un seul but : briser toujours plus notre classe sociale pour rendre son exploitation par les capitalistes toujours plus efficace.

Retraites et ...

Continuer la lecture...

Depuis plusieurs années, les grèves se multiplient dans le secteur du nettoyage, où l’exploitation se conjugue aux oppressions sexistes et racistes, particulièrement dans l’hôtellerie. Deux grèves aujourd’hui en témoignent : celles des femmes de chambre du NH Collection à Marseille et de l’hôtel Ibis de Batignolles. l’Union communiste libertaire (UCL) apporte tout son soutien aux grévistes et à leurs syndicats.

Ces luttes sont menées avec une grande détermination par des grévistes qui subissent des conditions de travail très dures. Au NH Collection de Marseille depuis le 11 avril, à l’Ibis Batignolles depuis le 17 juillet.

À l’exploitation sans vergogne des sous-traitants du nettoyage s’ajoutent le mépris quotidien des donneurs d’ordre et la violence des petits chefs.

À la précarité, aux salaires de misère, aux heures de travail volées par les patrons, s’ajoutent les discriminations et les oppressions, racistes et sexistes, que subissent les femmes de chambre.

La grève en cour...

Continuer la lecture...

Les femmes de chambre de l’hôtel NH Collection Marseille sont en grève depuis plus de trois mois et le conflit reste bloqué, malgré la médiation préfectorale, à cause des propositions méprisantes de la direction du sous-traitant ELIOR. Face à ce blocage, nous nous adressons directement au groupe NH pour qu’il prenne ses responsabilités et dégage ELIOR !

3 mois d’un conflit devenu emblématique. Cette grève, la plus longue dans l’hôtellerie marseillaise, a déjà marqué les esprits et dépassé les frontières locales en étant au cœur d’un débat public sur les conditions de travail des « invisibles » de la propreté qui est remonté jusqu’au gouvernement.

3 mois de lutte déterminée pour la dignité et le respect face au mépris, aux conditions de travail et de rémunérations indignes imposés par le sous-traitant ELIOR et le donneur d’ordre NH Hotel group.

3 mois de lutte face à la répression orchestrée au service des intérêts privés ! Contrôles, évacuations policières, GAV, poursuite...

Continuer la lecture...