Modifier

08
Nov
November 8, 2019, 6:35 pm

Et si le conflit pour nos retraites devenait le point de rencontre de toutes les luttes ? Le moyen de mettre enfin un coup d’arrêt à ce gouvernement et à la casse sociale et de reprendre l’offensive ? Et si décembre était enfin le mois de l’explosion du ras-le-bol et de la colère ? Nous sommes des milliers à l’espérer, mais pas question d’attendre, il faut préparer et organiser. A un mois du 5, faisons le point.

Depuis des mois, le gouvernement prépare une « réforme » des retraites qui constitue une nouvelle attaque en règle contre les travailleurs et travailleuses. Le projet, comme son calendrier, est maintenu dans le flou par le gouvernement. Une seule certitude : leur objectif est de baisser les pensions pour augmenter les profits !

Craint-il une cristallisation des colères, nombreuses dans le pays, autour de ce sujet ? Bien sûr ! En tout cas nous savons qu’il s’agit de porter le coup fatal aux systèmes de retraites actuels. Passer du système par répartition à un syst..

Continuer la lecture...

Depuis plus de douze ans, les drapeaux rouge et noir de la FOB se sont fait connaître dans la rue argentine. La Fédération des Organisations de Base, est une organisation sociale et politique, qui fédère plusieurs organisations de Buenos Aires et du reste du pays.

Elle fait parti du mouvement piquetero, un conglomérat d’organisations sociales, chacune avec ses spécificités selon qu’elles se structurent autour de partis politiques, de syndicats ou d’autres groupes militants. Dans ce mouvement la FOB a une place à part, c’est la seule organisation qui fonctionne sur des principes et des pratiques libertaires : comme la démocratie directe, l’action directe, l’autogestion, la solidarité de classe, la lutte anti-patriarcale, antiraciste, anti-coloniale, contre l’État. Son fonctionnement est fédéraliste, les décisions se prennent lors d’assemblées locales, régionales, avec tous les deux mois une assemblé fédérale.

A l’intersection de l’action directe et du féminisme, le tout en pr...

Continuer la lecture...

Du 26 octobre au 23 novembre, l’UCL organise une tournée dans onze villes de France, avec trois militantes de la Fédération d’organisations de base (FOB).

Depuis plus de douze ans, les drapeaux rouge et noir de la FOB se sont fait connaître dans la rue argentine.

A l’intersection de l’action directe et du féminisme, le tout en prônant l’autogestion, la FOB rassemble dans ses assemblées des milliers d’hommes et de femmes issu·es des quartiers populaires.

Elles nous feront partager leurs luttes, leurs visions et leurs pratiques. On y parlera du mouvement piquetero, de la lutte des femmes, de l’action de cette organisation dans les bidonvilles de Buenos Aires, des assemblées féministes de base et des luttes des migrantes.

On y parlera également de la situation politique en Argentine, puisque le 27 octobre aura lieu le 1er tour de l’élection présidentielle. Le président de droite, Mauricio Macri, risque de se faire sortir et, pour emporter la victoire, son rival péroniste mu...

Continuer la lecture...

Les militantes et militants de l’UCL ont choisi, parmi 30 propositions, celle d’un merle noir, aux ailes teintées de rouge.

Un merle moqueur. Celui de la chanson Le Temps des cerises.

C’est le symbole adopté par l’Union communiste libertaire (UCL), trois mois après son congrès fondateur.

La référence à la Commune de Paris coule de source. Épisode important de la lutte des classes en France, elle continue d’inspirer nos combats.

Pied de nez aux puissants, d’hier comme d’aujourd’hui, ce merle moqueur évoque l’ancrage de l’UCL dans une histoire qui court des internationalistes de 1871 à nos jours : l’espérance de celles et ceux qui ne renonceront jamais à contester et à bouleverser l’ordre du monde.

Une symbolique non traditionnelle

Il s’agit d’un choix non traditionnel. On ne trouve en effet guère d’oiseaux dans la symbolique libertaire en Europe, qui foisonne d’étoiles rouge et noir, de poings dressés, de A cerclés ou de chats au poil hérissé. On en trouve plus...

Continuer la lecture...

Vous y trouverez, entre autres, le Manifeste de l’Union communiste libertaire (UCL), adopté début juin au congrès de l’Allier. En vingt chapitres y sont détaillés son projet de société, son analyse du capitalisme, de l’État, de la crise écologique, du patriarcat, du racisme, des impérialismes, sa stratégie révolutionnaire fondée sur les contre-pouvoirs et l’auto-organisation, son approche syndicaliste, sa conception de l’organisation libertaire et surtout – surtout ! – sa confiance dans l’inventivité du prolétariat.

Retrouvez également, dans le reste du journal :

Édito : Fusionner pour se dépasser

Pleins feux : L’union communiste libertaire (UCL) est née

  • Congrès communiste libertaire de l’Allier : naissance d’une nouvelle fédération
  • Comment nous avons choisi Union communiste libertaire

Manifeste de l’UCL

  • Ce qu’elle veut, où elle va : 20 pages, 20 chapitres

International

  • Israël-Palestine : Un modèle de domination qui nous menace toutes et tous
  • Soudan : Les pétromona...

Continuer la lecture...